Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

3 questions à... Cathy Skipper «Recréer du lien entre herboristes»

Cathy Skipper

Cathy Skipper, coordinatrice d’Herboristes sans frontières, nous raconte le succès de ce réseau créé en 2011 par l’École lyonnaise des plantes médicinales, et qui compte désormais 500 membres répartis dans 22 pays.

P. & S. Le réseau Herboristes sans  frontières a-t-il pour vocation d’aider les  pays pauvres ?

C. S. En partie, oui, mais pas seulement : notre but est de fédérer nos forces au niveau international. Aujourd’hui, comme dans le passé, nous sommes fragilisés par la collectivité : à la chasse aux sorcières s’est substitué le lobbying pharmaceutique. Le réseau permet aussi un compagnonnage si on recherche une information, un conseil ou un stage à l’étranger. Pour chaque pays, il y a un représentant que je connais personnellement : il existe donc des liens concrets, et pas seulement virtuels. Et c’est justement ce que nous recherchons : créer du lien entre les herboristes qui pratiquent aujourd’hui.

P. & S.  Entretenez-vous les mêmes  types de relations avec les pays  occidentaux et ceux du Sud ?

C. S. Avec les pays anglo-saxons, nos liens sont fraternels et ils sont curieux de découvrir l’herboristerie à la française. Avec l’Afrique, il s’agit plutôt de soutenir des projets. Notre représentante au Cameroun s’est lancée dans la distillation de gingembre dans son village ; pour l’aider, nous l’avons mise en contact avec la responsable d’un projet qui fonctionne bien au Burkina Faso.

P. & S.  Quelles autres activités pratiquez-vous ?

C. S. L’un de nos projets phare est l’appel à contributions sur la maladie de Lyme : nous recueillons actuellement les protocoles de soins et synthétisons les informations. Nous publions aussi un magazine trimestriel avec des articles du monde entier. Il est intéressant de voir que c’est une communauté à l’échelle mondiale qui tisse ces liens aujourd’hui. www.hsf-network.com À noter dans vos agendas Herboristes sans frontières donnera une conférence lors du prochain Congrès des herboristes qui aura lieu les 17 et 18 mai au parc de la Tête d’Or, à Lyon. Jean-Marie Pelt ouvrira ces journées sur le thème de la phytothérapie aujourd’hui.

Éco-citoyenneté - Participez au recensement  des villes et villages bio et sans pesticide

Pour recenser, encourager et valoriser le travail des communes qui s’engagent sur le terrain de l’écologie, plusieurs ONG ont lancé un projet de carte de France des villes et villages bio sans pesticides. Elles mettent à disposition de tous les citoyens des questionnaires courts de recensement qu’ils peuvent soumettre à leurs mairies. Pour mémoire, le Grenelle de l’environnement prévoyait le triplement des surfaces cultivées en bio et l’introduction de produits biologiques dans la restauration collective publique à hauteur de 20 % à l’horizon 2012, ainsi que la réduction de 50 % de l’usage des pesticides d’ici à 2018. Au lendemain des élections municipales, une petite piqûre de rappel à destination de nos élus n’est sans doute pas une mauvaise idée.

Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité