EXCLUSIF - Accédez gratuitement à tous nos contenus durant la période de confinement.

Vous avez juste à créer votre compte ici

Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Le jardin d'Éden inspirant de la Biovallée

Biovallée

Le Val de Drôme est un précurseur en France en matière d'agriculture biologique, en particulier pour les plantes à parfum aromatiques et médicinales. Récemment élue lauréate du prix Territoire d'innovation, la Biovallée se projette aujourd'hui à l'horizon 2030. Cette dynamique intéresse des acteurs du monde entier. Mais quel est donc le secret de ce territoire ?

Un modèle de développement durable ? Un territoire d'avant-garde ? La Biovallée, située dans le département de la Drôme, autour des communes de Crest et de Die notamment, étonne et intrigue. La voix dominante qu'on y entend est bien celle de la défense de ­l'agroécologie. Il faut dire que ce terrain d'expérimentations couvrant près de 2 200 kilomètres carrés, a derrière lui une longue histoire qui commence en 1976 avec la création de l'intercommunalité en Val de Drôme. En 2002, cette collectivité locale dépose la marque Biovallée, et dix ans plus tard l'association du même nom est créée. Dirigée par Augustin ­Guendouz, elle compte aujourd'hui 340 adhérents, un chiffre qui témoigne de l'ampleur de son succès. Il paraît même qu'un riche i­nvestisseur mexicain aurait eu pour ambition d'acheter la marque pour la reproduire à l'identique au Mexique. À défaut d'une ­exportation clef en main de son modèle, la Biovallée ­s'emploie plutôt à donner de l'ampleur à son projet de développement dans lequel la terre et la culture des plantes aromatiques sont centrales.

Un climat exceptionnel

Il faut dire que cette zone est botaniquement très favorisée. Elle se situe à un carrefour ­climatique qui procure une diversité végétale extraordinaire. Ce positionnement géographique au confluent d'un climat du nord et du sud, mais aussi des montagnes du Vercors et de la vallée du Rhône, permet la présence à la fois « de plantes méditerranéennes, ­nordiques, de plantes de montagne mais aussi de plaine, explique l'un des pionniers de l'aromathérapie en France, Rodolphe Balz. Ce n'est pas l'exubérance tropicale, mais il y a une richesse totalement hors du commun. »

Sur ces terres, on trouve ainsi de nombreuses plantes de la famille des lamiacées : lavande, marjolaine, menthe, de nombreuses variétés de sauge et d'origan, ou encore du romarin. Toutes ces plantes sont présentes aussi bien à l'état sauvage qu'en culture. Toutes sortes de conifères poussent ­également. Sapins, pins, cyprès, genévriers s'avèrent très intéressants pour la production d'huiles essentielles. Dans la grande famille des ombellifères, le persil, la carotte, le cumin et bien d'autres sont cultivés dans la région. On trouve aussi des plantes médicinales non aromatiques comme le pissenlit ou la reine-des-prés. Le climat extrêmement favorable de la région a contribué à son pouvoir d'attraction. C'est ainsi que dans les années 1970, des ­Hollandais, des Suisses allemands s'y installent avec l'envie de trouver un autre mode de développement durable. Une fois installés dans ce jardin d'Éden, ces femmes et ces hommes se sont lancés dans la culture biologique de plantes à parfum aromatiques et médicinales. Cette démarche totalement avant-gardiste a construit la richesse de cette région. Rodolphe Balz se remémore ses débuts. « Dans les années 1970-1980, nous étions peu nombreux à être dans cet état d'esprit, mais cela nous a permis de développer des relations d'exploration, d'essais, d'alternatives. Il y a eu un véritable effet pépinière qui a permis le développement de cette vallée. »

Des huiles essentielles pour assainir l'air des hôpitaux ?

Explorer de nouvelles pistes d'application de l'aromathérapie, c'est la passion de Rodolphe Balz. Converti à l'agriculture bologique depuis les années 1980, il crée le laboratoire Sanoflore (aujourd'hui dans le giron de L'Oréal). En 2003, il fonde l'Institut de recherche international pour la santé (IRIS) en collaboration avec des médecins et des chercheurs. Leurs travaux portent actuellement sur la mise au point d'une machine destinée à désinfecter l'air pollué ou vicié des hôpitaux grâce à différentes technologies de purification et d'ionisation et incluant les huiles essentielles. Selon l'aromathérapeute, l'objectif ne consiste pas seulement à purifier l'atmosphère, mais également à prolonger la rémanence de la propreté de l'air. C'est à ce stade qu'interviennent les huiles essentielles et leurs propriétés antibactériennes, antimicrobiennes, antivirales. Après une première série de tests, le chercheur prévoit la construction de cinq prototypes pour 2021. Reste aussi à dépasser les réticences du monde hospitalier français. Mais d'autres pays comme l'Angleterre, le Japon ou les États-Unis seraient déjà intéressés.

40 % de terres cultivées en bio

L'arrivée du bio a progressivement gagné du terrain auprès des agriculteurs et des politiques, pour dépasser aujourd'hui 40 % des terres cultivées en bio alors que la moyenne française, elle, se situe aux alentours de 7 %. Pour Augustin Guendouz, il y a également en arrière-plan « la notion de soigner l'homme par les plantes qui reste très ancrée localement. Et ce, bien que le statut de l'herboristerie, ne soit comme on le sait, pas complètement reconnu. »

Ce sont donc près de quarante années d'intérêt pour ces pratiques respectueuses de l'environnement, de la santé de l'homme qui ont mené au succès actuel du territoire et de son association Biovallée. Celle-ci réunit à présent 150 entreprises, une centaine d'habitants, une cinquantaine d'associations et des collectivités, et ne cesse de s'étendre. Augustin Guendouz précise, qu'« on ne peut pas mettre tout cela en place du jour au lendemain. Il faut des temps de concertation, il faut provoquer les rencontres ».

Cependant, la Biovallée semble aujourd'hui à la croisée des chemins. Un tel développement peut-il vraiment rester local ? N'implique-t-il pas aussi d'autres liens commerciaux avec des marchés qui n'ont pas forcément la même éthique et ne respectent pas les mêmes ­critères de développement ? D'aucuns s'interrogent sur la capacité de la Biovallée à conserver alors cet état d'esprit qui en fait sa spécificité. Dès lors que l'on fait appel à des produits ­d'importation (plantes exotiques et tropicales par exemple), qui ne respectent pas les mêmes conditions de production, en termes de durabilité ou de condition de travail, les règles locales pour une approche équitable des relations économiques peuvent s'en trouver modifiées. Par ailleurs, le transport de produits provenant de l'autre bout du monde n'est pas cohérent avec un développement soutenable. Malgré tout, la Biovallée entend bien conserver son originalité.

La dimension collaborative – sûrement un héritage de cette longue histoire du bio où les différents acteurs n'étaient pas dans des relations de concurrence – continue de perdurer. Les acteurs de la filière des plantes à parfum aromatiques et médicinales notamment, de la production à la consommation en passant par la transformation, semblent animés d'une volonté commune d'avancer ensemble. C'est en tout cas l'objectif avoué du colloque qui les réunira en mars (lire encadré ci-dessus). Et la conscience du « faire ensemble » continue de jouer un rôle primordial dans la dynamique locale.

Colloque sur les plantes médicinales

A Eurre, le colloque en Biovallée sur la filière vivante des plantes à parfum aromatiques et médicinales a lieu les 12 et 13 mars. Il a pour objectif de faire connaître cette filière d'excellence et de mettre en relation les différents acteurs de cette filière : cueilleurs, producteurs et transformateurs. À cette occasion, seront présents, entre autres, les paysans herboristes Claire Montésinos et Thierry Thevenin, le sénateur du Morbihan Joël Labbé qui est à l'origine de la mission pour l'herboristerie, Jean-Pascal Abdelli, directeur d'Elixens France… Une ouverture au public est prévue le vendredi après-midi. Au programme : conférences, table ronde et débats sur les plantes médicinales, de la production à la consommation. Le colloque s'achèvera sur la diffusion du film « En quête de nouveaux herboristes » de Daniel Schlosser. Plus de renseignements sur biovallee.net.

Lieu de rencontres

Jean-Pascal Abdelli, directeur du groupe Elixens, spécialisé dans les matières premières aromatiques, qui n'est pas originaire de la Drôme, observe ainsi « une conscience environnementale et sociétale très développée, avec une volonté de diffuser ces valeurs et ces pratiques ». Il s'attache d'ailleurs à développer une véritable éthique équitable au sein de son groupe.

Pour Claire Montésinos, herboriste à la ferme agroécologique de Solaure, la situation géographique de la vallée en fait nécessairement un lieu de rencontres. « Sauf en direction du Rhône, la vallée est entourée de cols. Cette géographie favorise les interactions entre les personnes, qui se retrouvent au niveau de Die », explique-t-elle. En tant que cueilleuse, elle partage son expérience qui l'amène à travailler avec les autres acteurs de la région : « Pour la cueillette, nous sommes en lien étroit avec les éleveurs, puisque nous allons régulièrement cueillir sur leurs terres ». Ainsi, les collaborations dans la vallée sont nombreuses. Cueilleurs, producteurs et transformateurs se retrouvent autour d'objectifs communs sur les questions de l'alimentation, de l'énergie et des transports.

C'est sans conteste pour cette riche dynamique que le territoire vient d'être lauréat du concours Territoire d'innovation et de grande ambition. De quoi valoriser et renforcer le seul territoire rural à avoir obtenu cette distinction sur les 24 sélectionnés.

Une biovallée bientôt en Australie ?

La réussite du territoire de la Biovallée est telle qu'elle suscite l'intérêt y compris à l'autre bout du monde. Si le ministre belge de l'environnement et de l'écologie avouait, lors de sa visite, en 2018, disposer de tous les ingrédients pour reproduire un tel modèle mais ne pas y parvenir, d'autres ne se sont pas laissés décourager. En mars 2019, une délégation australienne a ainsi effectué un voyage d'études en Biovallée. Depuis, elle travaille sur le développement d'un projet similaire dans la vallée de Hunter, située à deux heures au nord de Sydney. Réputée pour sa gastronomie, c'est la plus ancienne région viticole d'Australie. Sur place, des instances de coordination, s'emploient à mettre en place un autre type de développement, plus écologique. Un sacré défi car la notion même d'agriculture biologique semble encore très floue localement.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Vous appréciez nos articles, allez plus loin en vous abonnant au magazine en cliquant ici
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité