Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Plantes médicinales et douleurs dorsales

Grande consoude (Symphytum officinale)

La prestigieuse collaboration Cochrane, une organisation travaillant à la synthèse des études cliniques les plus exigeantes au niveau mondial, a récemment publié une méta-analyse sur le thème des plantes médicinales et des douleurs lombalgiques (bas du dos). Il ressort des quatorze études sélectionnées que certaines plantes ont bien fait leur preuve pour soulager les douleurs dorsales. Ils citent en particulier le cas du piment de Cayenne (Capsicum frutescens), dont nous avons récemment expliqué le mécanisme d’action dans notre dossier sur la douleur. Malgré certaines réserves sur la méthodologie d’autres études disponibles, l’étude Cochrane cite des plantes ayant montré un effet de réduction de la douleur dorsale : l’harpagophyton (Harpagophytum procumbens), le saule blanc (Salix alba) et la racine de grande consoude (Symphytum officinale), bien connus des personnes sujettes aux douleurs osseuses ou articulaires, mais également d’autres moins connues ou attendues. C’est le cas de l’arnica brésilienne (Solidago chilensis) ou, du côté de l’aromathérapie, de l’huile essentielle de lavande fine (Lavandula angustifolia). Spine, novembre 2015.

 

Des invasives comme source d’énergie

 

Utiliser une plante invasive pour remplacer le charbon de bois et limiter la déforestation, c’est ce qu’a réussi le projet Typha lancé par le Gret, une ONG française de développement qui lutte contre la pauvreté et les inégalités, et l’Institut supérieur d’enseignement technologique (ISET) de Rosso en Mauritanie. Le Typha australis envahit les bords du fleuve Sénégal depuis des années suite à la construction du barrage anti-sel de Diama (Sénégal), en 1998. La plante déborde sur les cultures, bouche les canaux d’irrigation et a des effets négatifs sur les espèces aquatiques. Or 80 % des sources d’énergie des habitants proviennent des végétaux. Babana Ould Mohamed Lemine, chercheur à l’Iset, a proposé la transformation du typha en charbon, qui serait vendu et utilisé par la population locale. Avec 1 700 m2 de cette envahissante, une tonne de charbon peut être produite. Ainsi est née une nouvelle filière, plus écologique, créant de nouveaux emplois. En parallèle, Tela Botanica lance au Sénégal, au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire la Mission flore, un projet participatif de localisation du Typha domingensis, autre genre de typha tout aussi envahissant.

Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité