Plantes et Santé Le magazine de la santé par les plantes

L'avoine, céréale qui tient à votre corps

L'avoine, céréale qui tient à votre corps

On connaît surtout l'avoine comme une céréale nourrissante contenant peu de gluten. Mais c'est aussi une alliée de l'hiver. Ses flocons très émollients prennent soin de notre peau et ses fleurs, infusées, soutiennent notre système immunitaire, endocrinien et nerveux. Des qualités précieuses quand il fait froid et que les fêtes de fin d'année se préparent à nous bousculer…

Une avoinée ! Cette expression populaire est toujours très usitée dans le Berry de mon enfance mais de mémoire, je ne me suis jamais pris cette fessée magistrale ! L’expression viendrait en réalité de Savoie, en référence aux rations d’avoine suivies des coups de fouet donnés pour mieux faire avancer les bêtes. L’avoine a en effet d’abord été cultivée comme fourrage avant de nourrir les hommes. Au Moyen Âge, elle est ajoutée au blé pour épaissir les bouillies et le pain, et au XVIIIe siècle, les Anglais l’adoptent pour leur petit déjeuner et leur goûter (porridge, biscuits) pour concurrencer les Écossais (diront ces derniers !). Aujourd’hui, ce sont toujours les pays du Nord, où le froid exige de la consistance, qui en sont les plus grands consommateurs, ainsi que les sportifs qui y trouvent un grand nombre de nutriments et des protéines végétales. Pourtant, tout le monde peut en bénéficier…

On distingue deux types d’avoine : la sauvage (Avena fatua), aussi appelée folle avoine, classée parmi les adventices (ennemies des cultures céréalières), et l’avoine cultivée (Avena sativa), exploitée dans le monde entier.

Une bonne graine

Cette dernière dresse, au-dessus d’une grande variété de sols, des tiges pouvant mesurer jusqu’à 2 mètres, surmontées d’épis fleurissant et donnant des graines (fruits) deux fois par an, selon la période de semis. Lorsque les panicules (inflorescences en forme de grappes) sont battues, elles libèrent les graines d’avoine. Broyées finement, ces dernières deviennent de la farine (plus rassasiante et digeste que la farine de blé) et ses coques donnent du son d’avoine (à saupoudrer sur les salades ou soupes pour faciliter le transit). Pressées avec une floconneuse, les graines se transforment en flocons plats et légers. Ils gonflent et se ramollissent au contact de différents liquides (eau, lait…) « et croustillent quand ils sont cuits au four avec un condiment sucré comme du miel, complète Christophe Vautrin, producteur d’avoine en Moselle qui s’est spécialisé dans la...

fabrication de granola depuis cinq ans. À la Ferme des jardins, on cultive l’avoine depuis plusieurs générations. Ce sont des problèmes d’eczéma qui m’ont conduit à la consommer, sur les conseils d’un naturopathe. Si l’avoine n’est pas ma seule source de guérison, elle y a contribué ! ». Effectivement, cette céréale est connue pour adoucir la peau. Ses flocons sont utilisés en bains (lire l’encadré ci-contre) ou en cataplasmes, contre les sécheresses et démangeaisons associées à l’eczéma, le psoriasis ou la varicelle. Qui plus est, la consommer associée à une alimentation variée peut permettre de limiter les inflammations chroniques. Laetitia Luzi, herboriste-naturopathe auteure de L’Autre Pharmacie (éd. Ecosociété), suggère plusieurs raisons : « Ses graines et produits dérivés contiennent peu de gluten. Ils participent aussi à réguler le taux de sucre dans le sang ».

Plante adaptogène

Lætitia, qui a investi dans une ferme bio et vit en autonomie alimentaire au Portugal, cultive de l’avoine pour ses graines mais aussi pour ses fleurs. Celles-ci constituent une bonne base gustative pour formuler des infusions avec d’autres plantes et racines.

Et l’avoine odorante ?

L’avoine odorante n’a rien à voir avec l’avoine ! Du nom scientifique Hierochloe odorata, cette plante est très courante en Amérique du Nord, où elle est appelée « herbe aux bisons » ou « foin d’odeur ». Fraîchement cueillie, elle libère des parfums d’eau et de terre, et des notes de vanille et de miel. Dans la tradition amérindienne, elle est séchée en tresses puis brûlée selon des rituels rassemblés dans l’ouvrage Tresser les herbes sacrées (éd. Le Lotus et l’Éléphant) par l’auteure scientifique Robin Wall Kimerrer. Elle y explique que l’avoine odorante représente un « entrelacement de science, de spiritualités et de récits anciens et nouveaux pour guérir notre relation à la terre ».

En outre, l’avoine est adaptogène : « Les fleurs d’avoine régulent les dysfonctionnements du système immunitaire et soutiennent le système endocrinien, notamment les glandes surrénales et la thyroïde, développe la naturopathe. Ainsi, elles peuvent aider à combattre la fatigue, la nervosité et le stress, et à soutenir les fonctions cognitives ». Dommage qu’elles soient souvent en rupture de stock dans les herboristeries.

De mon côté, je trouve dans L’Encyclopédie des plantes magiques de Scott Cunningham (éd. Le Lotus et l’Éléphant) un rituel d’enchantement de l’avoine prétendant apporter la prospérité. Il propose de s’isoler dans une pièce pour formuler des vœux devant un bol de fleurs d’avoine entouré de chandelles allumées. J’ajouterais : faites-vous une bonne infusion de ces fleurs une fois le rituel terminé. Vous aurez ainsi tout l’or du monde : la santé. Émilie Brigand

Recettes de mère Nature

Par Lætitia Luzi, naturopathe et herboriste

Tisanes d'immunité

À base de fleurs d’avoine, ces tisanes vont soutenir le système immunitaire et endocrinien tout en répondant à d’autres indications.

  • Tisane rééquilibrante d’après-fête

Dans 500 ml d’eau, faire bouillir à petit feu pendant 10 minutes 2 g de pissenlit et 2 g de bardane. En cas d’inconfort digestif, vous pouvez ajouter une tranche de gingembre frais, et pour le goût, un bâton de cannelle. Hors du feu, incorporer 2 g de fleurs d’avoine et laisser infuser à couvert pendant 10 minutes. Filtrer et boire chaud.

  • Tisane " bonne nuit "

Dans 500 ml d’eau, faire infuser 2 g de fleurs d’avoine, 2 g de tilleul, 1 g de camomille et 1 g de lavande, 10 minutes à couvert. Filtrer. Boire 1 à 2 tasses dans la soirée pour un sommeil serein.

  • Tisane stimulante

Faire bouillir pendant 10 minutes 2 g de pissenlit et 1 g de réglisse (si le goût est apprécié) avant de faire infuser à couvert 2 à 3 g de fleurs d’avoine, 2 g de feuilles d’ortie et 1 g de feuilles de menthe poivrée. Attention, la réglisse ne peut être prise sur le long terme. Idéal pour des étudiantes ayant besoin d’énergie et d’équilibre hormonal.

Précautions À éviter en cas de maladie cœliaque et d’hyperthyroïdie. Demander l’avis d’un médecin si vous suivez un traitement médicamenteux.

Bain apaisant

Le bain d’avoine, recommandé en cas d’eczéma, de psoriasis ou de varicelle, requiert 100 g de flocons d’avoine versés dans une eau bien chaude, auxquels on peut ajouter 50 g de fleurs de camomille, excellente en cas de démangeaisons, ainsi que quelques pétales de roses pour leurs vertus adoucissantes. Plonger 15 à 20 minutes dans le bain et ne pas oublier de filtrer avec une passoire au niveau de la bonde au moment de vider votre baignoire.

Masque nourrissant

Faire gonfler 50 g de flocons d’avoine dans un bol d’eau tiède. Mixer avec 1 c. à café de miel et 1 jaune d’œuf. Appliquer directement sur la chevelure, en insistant sur les pointes. Laisser poser 20 min et laver avec le shampoing habituel.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Vous appréciez nos articles, allez plus loin en vous abonnant au magazine en cliquant ici
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité