Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Les huiles essentielles face à la douleur (1/4)

« Sois sage, ô ma douleur », écrivait Baudelaire. Physique ou psychique, celle-ci ne s’efface toutefois pas à coup de poésie, même si les sens et les émotions sont aussi vivement sollicités. Restons dans la douceur en misant sur l’aromathérapie, dont l’efficacité s’illustre même en milieu hospitalier.

Pavot du Népal (Meconopsis autumnalis)

Douleurs, émotions et huiles essentielles

La douleur motive aujourd’hui près de deux tiers des consultations médicales en France. Et y apporter une réponse est loin d’être évident. La sensation d’avoir mal est souvent diffuse, tandis que des implications psychiques doivent aussi être prises en compte. L’Association internationale pour l’étude de la douleur (IASP) la définit comme une «expérience à la fois sensorielle et émotionnelle». Or c’est aussi une des définitions qu’on pourrait donner de l’aromathérapie, ce qui explique sans doute pourquoi celle-ci apporte des réponses performantes pour l’atténuer.

Certes, les plantes ont de tout temps été utilisées pour leurs propriétés antidouleurs, et leurs principes actifs ont d’ailleurs inspiré nombre de médicaments antalgiques de référence, comme l’aspirine (issue du saule) pour les douleurs dites légères, ou les morphiniques (issus du pavot) pour les plus intenses. Mais les huiles essentielles (HE), historiquement bien plus récentes dans leur usage médical, semblent offrir de nouvelles promesses dont on mesure depuis peu l’ampleur, comme nous l’explique Pierre Franchomme, spécialiste incontesté en la matière, qui forme des personnels hospitaliers à leur utilisation: «On connaît aujourd’hui l’impact des molécules aromatiques sur les différents récepteurs de la douleur, avec une idée très précise de la pharmacologie et des mécanismes d’action. Elles ont un important potentiel thérapeutique, notamment certaines huiles essentielles qui n’étaient jusqu’alors pas utilisées pour leurs propriétés antalgiques. L’intérêt majeur des huiles essentielles tient à leur rapidité d’action, à leur faible toxicité et également à une grande multifonctionnalité » résume-t-il.

Contracture, inflammation, pincement vertébral, rage de dents, colite néphrétique, brûlure... La douleur est aussi complexe dans ses origines que multiple dans ses manifestations. On la décrit tantôt comme lancinante et sourde, tantôt comme aiguë ou en coup de poignard, tantôt encore comme une « simple » hypersensibilité dont on n’arrive pas à élucider la cause. Si on se contentait jadis d’appeler ces douleurs «idiopathiques» (sans cause apparente), on les qualifie désormais de « psycho-gènes », prenant ainsi acte de l’importance des phénomènes psychologiques dans le ressenti ou l’ampli cation de la douleur. Elle doit être prise au sérieux, comme un...

message d’alarme envoyé par le corps au cerveau pour lui signifier un danger menaçant son intégrité physique, mais également, une fois ce message biologique capté, un mal affectant la qualité de vie, impactant la mobilité ou le sommeil, les relations sociales et le bien-être psychique.

Pour comprendre le mécanisme d’action des huiles essentielles (HE), revenons à grands traits sur la physiologie de la douleur. Cette dernière est une information transmise par un ensemble de fibres nerveuses spécialisées d’un endroit donné du corps (organe ou tissu lésé) au cerveau, en passant par la moelle épinière, où le message est traité et modulé. Tout au long de ces circuits nerveux complexes, un certain nombre de composés chimiques (hormones, cellules immunitaires et figliales, neurotransmetteurs, enzymes) et de récepteurs spécialisés (canaux TRP) vont contribuer à déclencher, faciliter ou au contraire inhiber la douleur. Les molécules présentes dans les HE pourront soit inhiber les récepteurs qui amplifient la sensation de douleur, soit stimuler les récepteurs qui la freinent.

Les HE disposent d’atouts formidables pour jouer sur les différentes facettes de la douleur, notamment parce qu’elles peuvent agir simultanément sur elle, sur sa cause et ses cofacteurs, qu’il s’agisse d’inflammation, de spasmes, de tissus lésés... Utilisables de manière combinée, localisée ou au contraire systémique, en externe comme en interne, en variant les doses en fonction de l’intensité de la souffrance, les huiles essentielles peuvent devenir des compagnons de route fidèles pour la gérer au quotidien.

Soufflez le chaud avec le gingembre

On le sait, le contact de la chaleur (patch, compresse...) calme la douleur. Cette action est due à un récepteur nerveux très particulier du corps (TRPV1) qui s’active à la chaleur. Ce qu’on sait moins, c’est que ces capteurs s’activent aussi au contact de la capsaïcine du piment de Cayenne et des vanilloïdes de l’huile essentielle de gingembre, provoquant la même sensation de réchauffement ou de brûlure, voire de la transpiration. Le corps, leurré par ces molécules, épuise momentanément sa réserve en substance P, un neurotransmetteur déclenchant la douleur en cas de blessure. Il en résulte une insensibilisation locale.

Pour ne plus être sur les dents

Les douleurs dentaires ont des origines multiples mais ces névralgies conjuguent fréquemment des causes infectieuses (caries), inflammatoires (parodontite, pulpite) ou traumatiques (extractions). Voici une synergie qui jouera sur les différents tableaux et vous apportera du soulage- ment, en complément des conseils du dentiste.

Formule
• HE de clou de girofle (5 ml)
• HE de katafray (5 ml)
• HE de poivre noir (5 ml)
• HE de laurier noble (5 ml)
• HV de sésame (30 ml)

Mode d’emploi
Mélange à utiliser 4 à 5 fois par jour pendant 7 à 10 jours, en massage léger de la zone concernée avec l’index. 

Témoignage
«Mes soins ont été accueillis avec enthousiasme à l’hôpital»

Formée à la réflexologie et à l’aromathérapie, Kelly Douyère-Gaudibert a exercé son activité à l’hôpital de la Pitié-Salpetrière à Paris. Elle raconte son expérience.  

Grâce à un financement de la Fondation AVEC contre le cancer qui promeut les soins de support, j’ai pu exercer mon activité libérale à raison de deux jours par semaine dans plusieurs services de l’hôpital (oncologie, chirurgie digestive, radiothérapie, médecine générale). Mes soins en aroma ont été accueillis avec enthousiasme et bienveillance. La question de la douleur était centrale dans les demandes des patients, qu’il s’agisse de neuropathies induites par les chimiothérapies, d’œdèmes, de douleurs pancréatiques ou même de douleurs psychiques induites par le contexte de la maladie ou de l’hospitalisation. La conjugaison de l’action mécanique du massage et des huiles essentielles donnaient la plupart du temps des résultats intéressants, y compris chez les personnes chez qui la morphine ne fonctionnait plus très bien. Une femme qui ne marchait plus depuis neuf mois du fait de douleurs neuropathiques a réussi à remarcher. Les résultats n’étaient pas toujours aussi remarquables, bien sûr, mais souvent positifs.   

Syndrome prémenstruel : le bout du tunnel ?

L’arrivée des règles est souvent précédée d’un ensemble de symptômes désagréables, tant psychiques que physiques. Parmi ces derniers, les douleurs du petit bassin sont les plus fréquentes, à tort considérées comme « normales ». Elles traduisent souvent un déséquilibre hormonal, une hyper-œstrogénie relative, qui mérite un suivi phytothérapeutique individualisé. En attendant, vous pouvez atténuer spasmes, tristesse et tensions par un massage biquotidien du bas-ventre avec la synergie suivante, à raison d’une dizaine de gouttes à chaque fois.

Formule
• HE d’estragon 10 % (Artemisia dracunculus)
• HE de basilic doux à linalol 15% (Ocimum basilicum CT linalol)
• HE de cèdre de l’Himalaya 10 % (Cedrus deodora)
• HE de marjolaine à coquille 15% (Origanum majorana)
• Huile végétale de noyau d’abricot 60%

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité