Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Le myrte rouge un antispasmodique du Maroc

Le myrte rouge

Dès l'antiquité, le myrte fait partie des plantes sacrées utilisées dans les fumigations et les huiles parfumées. AU XVI siècle, la distillation de ses fleurs et ses feuilles donnait «l’eau des Anges» qui faisait merveille sur les problèmes de peau.

Pour de nombreux peuples, le myrte symbolisait l’amour, la beauté, la chasteté. On observe deux chémotypes différents dus au terrain et au climat. Le myrte dit « vert », ou « à cinéole », qui donne aussi beaucoup de monoterpènes parce qu’il pousse en Corse. Son tropisme est essentiellement respiratoire.Le myrte dit  «rouge», que nous vous présentons ici, ou «à acétate de myrtényle », pousse au Maroc et possède des vertus aussi bien respiratoires qu’antispasmodiques. Ce myrte rouge apporte une fragrance plus ronde et fleurie que le vert.

Utilisation

Pure !
Le myrte rouge harmonise le  système nerveux, calme et  favorise l’endormissement. Si  vous avez des difficultés pour  dormir, mettez 2 ou 3 gouttes  sur l’intérieur des poignets  que vous frottez l’un contre  l’autre et respirez calmement  en allongeant votre expir par  rapport au temps d’inspir.

Massage
• Si vous souffrez de troubles  circulatoires ( jambes lourdes, œdème,  pieds froids...), placez 75 gouttes de myrte  rouge et 75 gouttes de pamplemousse dans  un flacon de 50 ml et complétez avec de  l’huile végétale de macadamia (huile sèche  qui ne laisse pas la peau grasse). Après la  douche, sur une peau humide, appliquez  l’équivalent d’une cuillère à café et massez.
• En cas de bronchite, l’HE de myrte rouge est idéale. Pour un bébé dès 3...

mois,  mettez 3 gouttes de myrte rouge dans une  cuillère à café d’huile végétale de jojoba, en application dans le dos et sous la  plante des pieds 2 fois par jour. Cinq gouttes entre 3 et 8 ans, 7 gouttes entre 8 et 12 ans et 10 gouttes pour  les adultes 2 à 5 fois par jour.
• En cas de courbatures, de contractures ou de rhumatismes, placer 150 gouttes de myrte rouge et 150 gouttes de cèdre de Virginie dans un flacon de 50 ml et complétez avec l’huile végétale de millepertuis. Massez les zones douloureuses jusqu’à absorption complète.

En diffusion
Fraîche et aromatique, la fragrance du myrte rouge apporte douceur et rondeur. En cas de toux spasmodique ou hivernale, prenez 7 gouttes de myrte et 5 gouttes de lavande fine. Pour apaiser stress et colère, prenez 5 gouttes de myrte et 2 de basilic tropical

Bain
Les propriétés décongestionnantes et  mucolityques du myrte rouge sont mises  à profit dans un bain pas trop chaud si  vous n’avez pas de problèmes cardiaques.  Mélanger dans le creux de la main 5 à  7 gouttes d’HE avec une noisette de gel  douche, incorporez au bain et respirez !

Olfaction
Lorsque les émotions s’accumulent sans être formulées, le myrte rouge permet de préparer le terrain afin de libérer la parole sans éclats violents. Prenez cinq respirations basses, lentes et profondes au-dessus du flacon d’huile essentielle, 5 fois par jour.

Botanique 
Le myrte commun (Myrtus communis) est un arbrisseau qui peut atteindre deux à trois mètres de haut et qui pousse dans les bois et les garrigues du bassin méditerranéen. Très odorant, il fait partie de la même famille que les eucalyptus et le giroflier.

Propriétés
L’huile essentielle (HE) de myrte rouge est composée principalement de trois familles moléculaires à parts quasi égales. Les monoterpènes du myrte sont toniques, mucolytiques et expectorants, oxygénants respiratoires, antiviraux et anti- inflammatoires, et sont très efficaces sur les bronchites tant aiguës que chroniques. Les esters sont antispasmodiques, calmants et relaxants, et l’acétate de myrtényle est anti-inflammatoire. Signalons aussi le 1,8-cinéole. Cet oxyde est mucolityque et expectorant, antalgique et légèrement anti- inflammatoire pour les muqueuses respiratoires. Cette huile essentielle est donc particulièrement appréciée en cas d’infections virales des bronches.

Contre-indications
On ne relève aucune toxicité à dose physiologique. Mais on l’évite par précaution durant les trois premiers mois de la grossesse (sauf en olfaction) et chez les enfants avant 3 mois. Très douce, elle fait partie des rares huiles que l’on peut utiliser chez les tout petits dés qu’ils sont encombrés à condition d’adapter les doses utilisées. On évitera toutefois de l’appliquer pure chez les moins de 6 ans, sur les muqueuses, dans les oreilles... et on se lave les mains après l’avoir utilisée.
Guillaume Gérault naturopathe, nutrithérapeute et aromatologue, directeur de l’École française d’aromathérapie intégrative (www.efai.fr)

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité