Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

L’huile de coco décriée

L’huile de coco décriée

Après avoir été portée au pinacle, l’huile de coco vient d’être vivement critiquée : selon Karin Michels, professeure d’épidémiologie à l’université de Harvard, ce serait même « un pur poison », au regard de sa très forte teneur en acides gras saturés (environ 90 %).

En 2017, l’Association américaine de cardiologie avait déjà tiré la sonnette d’alarme après avoir constaté une nette augmentation du taux de cholestérol chez les consommateurs réguliers d’huile de coco.

Pour la rédaction de Plantes & Santé, s’il faut la consommer avec modération, il ne s’agit pas d’éviter cette huile. Dans notre n° 141, Laure Martinat rappelait que les acides gras de la noix de coco contiennent de l’acide laurique (à hauteur de 50 %), dont l’effet bénéfique sur la protection de la fonction cardiovasculaire a été démontré dans plusieurs études. Il accroîtrait en effet le taux de « bon » cholestérol .

Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité