Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Homéopathie : la sentence est tombée

Homéopathie

La ministre de la Santé a tranché. L’homéopathie sera totalement déremboursée au 1er janvier 2021. Une décision à l’encontre de l’engouement des français pour la thérapeutique.

Alors que nous espérions un amendement de l’avis de la HAS par le gouvernement, Agnès Buzyn, ministre de la santé a annoncé hier soir le déremboursement total des produits homéopathiques à partir du 1er janvier 2021 (contre un remboursement à 30% aujourd’hui). La ministre a en effet annoncé l’intention du gouvernement de suivre l’avis de la Haute Autorité de Santé (HAS) qui, dans un document remis fin juin, remettait en cause l’efficacité de l’homéopathie. La thérapeutique, pourtant très utilisée par les français sera donc déremboursée, et totalement.

Un processus progressif

L’Etat mettra fin à la prise en charge de cette médecine alternative progressivement. « Pour se laisser le temps de la pédagogie et accompagner les patients, j’ai souhaité organiser une période de transition. À partir du 1er janvier 2020, nous mettons donc en place une année de remboursement intermédiaire à 15 %, contre 30 % aujourd’hui. Cela laissera aussi le temps aux industriels de s’organiser » a confié la ministre au Parisien. Inscrits au remboursement depuis 1984 avec un taux fixé à 65 %, les médicaments homéopathiques ont connu une baisse réduite à 35 % en 2003, avant de descendre une nouvelle marche à 30 % en 2011. Cette fois, le déremboursement est total et s’effectuera donc à compter du 1er janvier 2021.

Une décision impopulaire

Plus d’un million de Français ont exprimé leur désaccord dans une pétition, mais cela n’a pas fait penché la balance du côté des partisans de l’homéopathie. Dans son communiqué, le laboratoire Boiron juge la décision « incompréhensible au regard des atouts de cette thérapeutique, alors que plus de 50% des Français y ont recours et que 60% des professionnels de santé la juge efficace ». Une liberté de choix dont seront privés les français, qui risque d’entrainer une augmentation du prix des produits homéopathiques, notamment des tubes unitaires.

La méthode dévaluation contestée

La méthode d'évaluation de l’homéopathie utilisée par la HAS était vivement contestée par les partisans de l’homéopathie, cette dernière étant jugée inadaptée à la spécificité de la thérapeutique. «C'est un choc, nous sommes très en colère et nous souhaitons dénoncer la méthode employée depuis un an pour massacrer l'homéopathie» a déclaré Valérie Lorentz-Poinsot, directrice générale du groupe Boiron, sur Europe 1. Cette dernière a également indiqué qu'elle s'attacherait, dans les jours qui suivent, à rétablir la vérité sur les effets de l'homéopathie par la publication d'éléments «qui remettent totalement en question l'avis de la HAS».

Quoi qu'il soit, c'est une nouvelle étape dans l'histoire de l'homéopathie. 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité