Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Santé des cheveux des solutions décoiffantes(3/5)

Cheveux abîmés, cassants ou trop gras, blanchiment, chute ou alopécie jugée trop précoce... Autant de symptômes qui reflètent souvent l’état de santé général d’une personne. Nous vous proposons ce mois-ci de prendre soin de votre système capillaire, de sublimer sa nature, et par là même, la vôtre !

Bay de Saint-Thomas

Combattez naturellement votre alopécie androgénétique

Solutions contre la perte de cheveux

Contre l'alopécie androgénétique, l'utilisation locale de certaines plantes ( sous forme de décoctions ou de teinture mère ) bloque la transformation de la testostérone en DHT, un métabolite venant se fixer sur les récepteurs des follicules pileux, cause principale de l’alopécie. Ce même DHT est responsable de l’adénome de la prostate, ce qui explique que beaucoup d’hommes se voient prescrire des médicaments pour la prostate en vue de limiter la perte de cheveux ! Plutôt que de détourner des médicaments allopathiques, autant utiliser des plantes comme l’ortie (Urtica dioica), le palmier de Floride (Serenoa repens) ou le thé vert (Camellia sinensis). D’ailleurs, même un fond de théière peut s’utiliser comme eau de rinçage après le shampoing ! On y associera la prise en interne de scutellaire du Baïkal (Scutellaria baicalensis) dont une des molécules, la protéine TERC, ajoute à un effet anti-androgénique un réveil des follicules en dormance. Des huiles essentielles anti-inflammatoires ou stimulantes de la microcirculation du cuir chevelu pourront être ajoutées régulièrement au shampoing, comme une goutte de HE de gingembre ou de Bay de Saint-Thomas. Cette dernière a aussi l’avantage de limiter la production de pellicules et de squames. Pour cette indication en particulier, on l’associera...

avantageusement au romarin à cinéole et au pamplemousse, à raison de 3 % d’huiles essentielles dans la bouteille de shampoing.

Plus généralement, on peut remédier aux cheveux qui s’affinent par des gestes simples au quotidien. En plus d’arrêter d’utiliser des molécules toxiques, des colorations chimiques, et de passer aux produits bio,quelques règles élémentaires s’imposent. Pour une pousse plus vigoureuse, encouragez l’irrigation du scalp et la microcirculation par des pratiques quotidiennes d’automassage. Tout doucement, du bout des doigts, faites bouger la peau du crâne le soir au coucher, et surtout, évitez les gestes de friction trop toniques, les excès de brossage et de peignage, ainsi que les étirages et tressages trop fréquents. Si la chaleur et la sudation de l’été encouragent l’accélération de la pousse, une trop forte exposition au soleil, en plus d’endommager la mélanine (le fameux effet « éclaircissant »), abîme aussi les follicules et inhibe la pousse.

Une formule à vaporiser 

Cette lotion tonique antichute est à utiliser chaque soir,à raison de 4 ou 5 pressions du vaporisateur. Dans un vaporisateur vide, mélanger les ingrédients suivants.

Ingrédient
• Extrait hydroalcoolique de palmier de Floride (Serenoa repens) 30 %.
• Extrait hydroalcoolique de racines d’ortie (Urtica dioica) 30 %. 
• Extrait hydroalcoolique de capucine (Tropaeolum majus) 30 %.
• HECT de romarin à cinéole (Rosmarinus officinalis) 2,5 %.
• HECT de Bay de Saint-Thomas (Pimenta racemosa) 2,5 %.
• HECT de cèdre de l’Atlas (Cedrus atlantica) 2,5 %.
• HECT de gingembre (Zingiber officinale) 2,5 %.

Mode d’emploi
Bien secouer la bouteille avant pulvérisation et masser ensuite le cuir chevelu pendant trois minutes. Les résultats se feront sentir après deux à trois mois d’utilisation régulière.

La médecine chinoise contre les cheveux blancs

L’apparition des premiers cheveux gris se fait généralement autour de 30 ans pour les femmes et 35 ans pour les hommes, mais peut commencer bien avant ou bien après selon son héritage génétique. Celui-ci détermine en partie la mort programmée des mélanocytes, ces cellules situées à la racine qui produisent deux pigments : les eumélanines (brun ou châtain foncé) ou les phéomélanines (blond ou roux). Mais la génétique ne détermine l’âge du blanchiment qu’en partie car, comme le montrent des recherches convergentes, le stress et le stress oxydatif chronique (tabac, pollution, traitements médicamenteux lourds...) impactent la durée de vie et la capacité de production des mélanocytes.

À faire
En médecine chinoise, la résistance au stress est associée au méridien du rein. Or un remède végétal, le Ho Shou Wu (la renouée à fleurs multiples), tonifie l’énergie du rein. Il se traduit justement par « cheveux noirs » et est effectivement réputé pour retarder le blanchiment et la chute.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité