Plantes et Santé Le magazine de la santé par les plantes

Votre trousse aroma pour l'hiver

Votre trousse aroma pour l'hiver

La baisse des températures et de l'ensoleillement annonce souvent l'arrivée des affections hivernales. La plupart du temps, elles ne sont pas graves mais, mal prises en charge, elles peuvent s'éterniser et nous fatiguer. Pour y parer, disposer chez soi d'une petite pharmacie aromatique s'avère fort pratique. Voici notre sélection de huit huiles essentielles et les conseils d'emploi pour vous et votre famille.

La fatigue, la fièvre, une douleur, la gorge qui gratte ou le nez qui coule sont autant de signes annonciateurs d’un rhume, d’une rhinopharyngite, d’une otite, d’une bronchite, d’une gastro-entérite ou d’une grippe, voire du Covid-19.

Autant de maux qui trouvent un terrain beaucoup plus propice pour s’installer lorsque le froid arrive et que les virus se font plus présents. Ces maux ont en commun de provoquer des inflammations des muqueuses tapissant l’intérieur de notre organisme. Si, en règle générale, ces maladies hivernales sont d’origine virale, elles peuvent toutefois être le point de départ d’une surinfection bactérienne. Or, des huiles essentielles bien choisies sont antivirales et antibactériennes – contrairement aux antibiotiques, qui ont la capacité d’éliminer les bactéries mais sont impuissants face aux virus. Contre ces derniers, des vaccins permettent de se prémunir. Mais la nature a une fois de plus bien fait les choses et certaines huiles essentielles prises par voie orale, locale ou par inhalation dès l’apparition des premiers symptômes, permettent de soigner de nombreuses infections. Ces précieux extraits végétaux possèdent aussi des propriétés immunostimulantes, ce qui signifie qu’ils activent et soutiennent les défenses de l’organisme ; il est alors intéressant de les prendre en préventif. Parmi l’offre aujourd’hui très large d’huiles essentielles, huit sont particulièrement utiles chez soi pour soigner les maux hivernaux. Elles serviront pour toute la famille, y compris les enfants à partir de 8 ans.

La cannelle de Ceylan

L’huile essentielle (HE) de cannelle de Ceylan (Cinnamomum verum ou Cinnamomum ­zeylanicum, famille des Lauraceae) provient de son écorce. Elle contient principalement du cinnamaldéhyde (60 à 80 %), mais aussi de l’eugénol, un phénol, qui lui confèrent des propriétés antibactérienne et antivirale puissantes. Elle est aussi tonique et hyperémiante.

Protocole de soin : Dès l’apparition des premiers symptômes d’une infection, elle sera prise, par voie orale, à raison de 2 gouttes 3 fois par jour pendant 2 jours, puis d’une goutte 3 fois par jour pendant 3 jours. Comme elle est dermocaustique, il est indispensable de la diluer dans une huile végétale ou de la prendre sous forme de capsules ou de gélules.

Pour compléter : Grog aromatique anti-infectieux : réaliser d’abord une infusion en faisant chauffer 1 litre d’eau dans une casserole. Dès que l’eau frémit, arrêter le feu, mettre 2 cuillerées à soupe de thym (Thymus vulgaris), couvrir et laisser infuser 10 minutes. Par ailleurs, mettre dans un bol 1 cuillerée à café de miel, de thym et de rhum, et 2 gouttes d’HE d’écorce de cannelier de Ceylan. Mélanger. Verser l’infusion de thym dans le bol, mélanger et boire dans la matinée pendant 3 à 5 jours.

Le laurier noble

Le laurier noble (Laurus nobilis)

>est le chef de file de la famille des Lauraceae. L’huile essentielle de ses feuilles contient des oxydes, des monoterpénols, des monoterpènes, des lactones sesquiterpéniques, des phénols… Cette composition variée lui confère de nombreuses propriétés, avec un tropisme pour les sphères ORL, pulmonaire et digestive. Elle est antibactérienne, antivirale, mucolytique, expectorante, antalgique et anti-inflammatoire. Elle sera conseillée en cas de bronchite avec production de mucus entraînant l’apparition d’une toux grasse, mais aussi de sinusite, de pharyngite et d’otite.

Protocole de soin : Mélanger dans le creux de la main 2 ml d’HV de noyau d’abricot et 1 goutte d’HE de laurier noble, appliquer sur le haut du dos en massant pendant 1 minute, 3 fois par jour pendant 5 jours.

Ma formule : Synergie tout terrain

Propriétés : Anti-infectieuse, notamment antivirale, immunostimulante, anti-inflammatoire, mucolytique, expectorante.

Indications : Infections hivernales

  • HE de tea tree Melaleuca alternifolia 3 ml
  • HE de ravintsara Cinnamomum camphora 3 ml
  • HE de pin sylvestre Pinus sylvestris 2 ml
  • HE d’eucalyptus citronné Corymbia citriodora 2 ml
  • HE de lavande aspic Lavandula latifolia 2 ml
  • HV de noyau d’abricot QSP 100 ml

Protocole de soin : Mettre environ 1 ml du mélange dans le creux de la main et masser le haut du dos ou le thorax 3 fois par jour pendant 5 à 7 jours.

Contre-indications : Déconseillée aux femmes enceintes et allaitantes et aux enfants de moins de 8 ans

Et si c’est le Covid 19 ? Dès l’apparition des premiers symptômes, dont la sévérité est moindre avec les derniers variants, prendre le grog aromatique pendant 7 jours. Par ailleurs, prendre de l’HE de tea tree et de ravintsara en mettant une goutte de chaque, sous la langue, matin, midi et soir pendant 4 à 5 jours, ou par inhalation en mettant une goutte de chaque HE dans un bol d’eau chaude, 3 fois par jour pendant 4 à 5 jours. Si les symptômes s’aggravent ou persistent, consulter rapidement un médecin.

HE = huile essentielle 1 ml = 25 gouttes HV = huile végétale QSP = quantité suffisante pour

Le tea tree

Le tea tree ou arbre à thé (Melaleuca alternifolia) appartient à la famille des Myrtaceae. L’HE chémotypée de ses rameaux est une belle antivirale, avec une composition chimique très spécifique. Elle contient principalement des monoterpénols, dont du terpinène-4-ol, des monoterpènes et des sesquiterpènes en moindre quantité. Elle tue les virus, notamment ceux de la grippe et de l’herpès. Elle est aussi immunostimulante, anti-inflammatoire et antioxydante.

Protocole de soin : Dès l’apparition des premiers symptômes d’une infection virale, prendre par voie orale 1 goutte 3 fois par jour pendant 6 à 7 jours (éventuellement associée à l’HE de ravintsara). Pure ou diluée à 10 % dans une huile ou un beurre végétal, elle peut être appliquée sur un bouton de fièvre (herpès). Et à raison d’une goutte sous la langue le matin pendant 15 jours, à renouveler tous les mois pendant 3 mois, elle prévient de nombreuses infections, notamment lors d’un pic épidémique.

L’eucalyptus citronné

L’eucalyptus citronné (Corymbia citriodora ou Eucalyptus citriodora) appartient à la famille des Myrtaceae. Son huile essentielle, obtenue par distillation de ses feuilles, est riche en aldéhydes terpéniques, notamment en citronnellal, d’où sa fragrance citronnée. Elle contient aussi des monoterpénols et des oxydes. Avant tout grande anti-inflammatoire et antalgique, elle possède également des activités apaisantes et anti-infectieuses. Pour toutes les infections entraînant une inflammation, elle entrera dans la composition de synergies aromatiques afin de diminuer les symptômes qui altèrent la qualité de vie des patients.

Protocole de soin : à prendre diluée, par voie locale, en massage en regard de l’organe infecté, associée à d’autres HE ou par inhalation.

Le ravintsara

Le ravintsara (Cinnamomum camphora) appartient à la famille des Lauraceae. L’huile essentielle chémotypée cinéole de ses feuilles est donc riche en oxydes, notamment en 1,8-cinéole. Toutefois, elle contient aussi des monoterpénols et des monoterpènes. Ses propriétés antivirales sont étonnantes et elle formera un duo très efficace avec l’HE de tea tree. Cette synergie (prendre 1 goutte de chaque 3 fois par jour) anti-infectieuse, expectorante et immuno­stimulante pourra aussi être prise par voie locale et en inhalation, dès l’apparition des symptômes d’une infection.

Protocole de soin : Mettre une goutte d’HE de ravintsara à l’intérieur du poignet. Frotter les poignets l’un contre l’autre afin de faire pénétrer. Joindre les mains de part et d’autre du nez et inspirer 3 à 4 fois profondément.

L’HE de citron, un antiseptique aérien

Le citron, dont le nom latin est Citrus limonum, appartient à la famille des Rutaceae. Son essence, obtenue par pression à froid de ses zestes, est très riche en monoterpènes (elle en contient 90 à 95 %). Elle est connue pour être une désinfectante atmosphérique très efficace. Diffusée grâce un diffuseur par brumisation ou à effet venturi, elle assainira l’air d’une pièce en période hivernale et permettra de prévenir de nombreuses infections.

Le pin sylvestre

Le pin sylvestre (Pinus sylvestris) appartient à la famille des Pinaceae. L’huile essentielle de ses aiguilles est riche en monoterpènes qui lui donnent des propriétés très intéressantes en cas d’infections ORL et pulmonaires. En effet, elle est anticatarrhale, ce qui signifie qu’elle adoucit l’inflammation et décongestionne les muqueuses des voies aériennes et en diminue l’hypersécrétion. Elle est également anti-­infectieuse, oxygénante et expectorante. Une précaution toutefois : c’est une des plus toniques de l’aromathérapie et elle peut entraîner de l’hypertension.

Protocole de soin : Elle sera conseillée en massage du thorax ou du dos, en regard des poumons, diluée à 10 % dans une huile végétale. L’inhalation est aussi un excellent moyen de l’utiliser en mettant 2 gouttes dans un bol d’eau chaude, matin et soir, pendant 3 à 4 jours. Il est important de rester au chaud après ce soin.

La lavande aspic

La lavande aspic (Lavandula spica ou Lavandula latifolia) appartient à la famille des Lamiaceae. L’huile essentielle de ses fleurs est riche en oxydes et en monoterpénols. Elle contient aussi du camphre, une cétone aux propriétés mucolytiques, antispasmodiques et myorelaxantes. Comme l’HE d’eucalyptus citronné, elle va dissoudre les mucosités et faciliter leur élimination. Elle sera donc conseillée en cas de sinusite, d’otite séreuse et de bronchite accompagnée d’une toux grasse.

Protocole de soin : En massage, diluée dans une huile végétale, associée à d’autres HE comme dans la formule « tout terrain » ou par inhalation pendant 5 à 10 jours, mais jamais par voie orale. Cette HE est déconseillée aux femmes enceintes et allaitantes ainsi qu’aux enfants de moins de 8 ans.
Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Vous appréciez nos articles, allez plus loin en vous abonnant au magazine en cliquant ici
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité