Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Lin, ortie et chanvre, l’avenir leur appartient (2/4)

Dans le textile ou l’alimentaire, pour la papeterie, les matériaux de construction ou encore la médecine, le lin, le chanvre et l’ortie présentent de multiples vertus et potentiels d’utilisation. La production de ces plantes prometteuses nécessite cependant de s’intégrer à un environnement agricole, économique et sociétal complexe. On vous plante le décor.

Lin, Linum usitatissimum

Le lin, une plante qui a la fibre

On le reconnaît à ses fleurs bleu azur. Le lin cultivé, Linum usitatissimum, se prête à une large gamme de valorisations. Si 80 % de la production de lin dans le monde est aujourd’hui européenne, la France représente, à elle seule, 60 % de cette part. Un leadership que l’on doit à nos terroirs très favorables, un climat océanique doux et une alternance pluie-soleil. Mais aussi, et surtout, à un savoir-faire transmis de génération en génération entre le Calvados et Amsterdam, en passant par la Normandie et les Flandres.

Du lin, plusieurs éléments sont récupérés et valorisés : la graine, les anas (fragments de paille), les fibres, les tourteaux et les poussières. Dans le secteur du textile, c’est la tige du lin, située à l’extérieur de la couche ligneuse, que l’on exploite. Ceci à travers les étapes de rouissage (macération des tiges), de teillage (broyage et raclage pour retirer la partie ligneuse) puis de peignage, de filage et enfin de tissage, pour constituer une toile.

« Aujourd’hui, 80 % des produits textiles faits en lin sont filés en Chine », nous confie Françoise Latour, membre de l’association Fimalin, qui regrette que ce marché soit délocalisé. Certains fabricants s’engagent néanmoins à valoriser le lin local : l’entreprise Saneco assure ainsi toute la ligne de production en France, de la matière première au produit fini. Une démarche qui peut bénéficier du label European Flax garantissant l’origine et la qualité du fil.

Papiers et produits composites à base de fibres de lin

À partir de la fibre sont fabriqués des papiers légers, résistants et haut de gamme, qui servent aussi bien en édition que dans des travaux de graphisme. La fibre est aussi de plus en plus employée dans l’industrie. Associée à des résines, elle est à l’origine de produits composites dits « haute performance ». Sa faible densité, sa rigidité, sa résistance et sa capacité à absorber les vibrations sont utiles dans la conception d’équipements de sport, automobile, aéronautique…

Ainsi, on retrouve du lin dans les raquettes de tennis, les planches de surf ou encore les sièges des avions. « C’est une plante intéressante pour convaincre les industriels d’utiliser des ­matériaux verts », estime Françoise Latour. « Les dernières expérimentations avec le lin portent sur des tissus pré-imprégnés de résines thermoplastiques pour faire des carrosseries, des coques d’iPhone ou du matériel aéronautique, dont le recyclage sera facilité. Le lin s’inscrit dans un très beau devenir, qui pourrait rendre notre planète plus verte », conclut-elle.

Innovation : une bouteille en fibres de lin

James De Roany, fondateur de Green Gen Technologies, a imaginé une bouteille en fibres de lin pour conditionner vin, bière, spiritueux et cosmétiques. Ultralégère, elle est biosourcée et biodégradable. Fabriquée à partir d’un tissage de fibres de lin et d’une résine de pin, elle est extrêmement résistante et sa production génère un bilan carbone proche de zéro, voire négatif. Une innovation écologique face aux impacts environnementaux provoqués par l’industrie du verre et du plastique. Et une aubaine pour le développement d’une filière locale du lin.

Portes et cloisons contenant des anas

Les anas, résultats de la séparation de la fibre de lin, sont, quant à eux, utilisés dans la fabrication de panneaux de particules de bois. Leurs propriétés ignifuges et isolantes les rendent particulièrement intéressants pour créer portes et cloisons.

Grâce à leur capacité d’absorption, ils servent également de litières pour animaux, ou encore de paillis horticoles pour conserver l’humidité du sol et limiter la pousse des adventices. Certains s’en servent même à des fins énergétiques, en les brûlant dans des chaudières à biomasse : leur pouvoir calorifique est comparable à celui du bois sec pour un coût inférieur.

La graine de lin, un produit santé

Autre produit de la récolte, la graine de lin a peu à peu conquis le marché de la santé. Moulues et saupoudrées dans les salades, mises à tremper pour servir de laxatifs, réduites en farine pour réaliser des cataplasmes émollients, les graines de lin renferment environ 40 % d’huile riche en oméga-3 (acide linoléique ALA), 25 % de protéines et 10 % de mucilages.

Si l’on a longtemps entendu dire que les oméga-3 végétaux étaient moins efficaces que ceux d’origine animale, des études mettent désormais en avant leurs vertus sur les facultés d’apprentissage, la mémoire, la prévention des maladies cardiovasculaires, et de certains cancers.

Cataplasme à la farine de lin

Ce cataplasme émollient et anti-inflammatoire à base de farine de lin soulage la toux, amollit la peau en cas de furoncle et combat l’enflure des entorses.

Préparation et mode d’emploi

  • Mélanger quatre à cinq cuillères à soupe de farine de lin avec un peu d’eau chaude pour obtenir une pâte de bonne consistance.
  • Poser la pâte chaude sur une bande de gaze.
  • Appliquer sur la zone douloureuse ou enflée, après contrôle de la température pour ne pas vous brûler. Pour prolonger l’effet de la chaleur, on peut placer une bouillotte par dessus.
  • Laisser en place tant que la sensation est agréable et renouveler deux à trois fois par jour, plusieurs jours si besoin.

L’association (et label) Bleu-Blanc-Cœur soutient l’usage de ces graines dans l’alimentation des animaux d’élevage. « On retrouve ensuite deux à trois fois plus d’oméga-3 dans les œufs et les viandes », déclare Amélie Binard, la responsable communication de l’association. « C’est rare de trouver une plante qui procure autant de bienfaits pour le sol, l’animal et l’homme que le lin », confie Philippe Chuberre, éleveur et cultivateur labellisé Bleu-Blanc-Cœur.

Des études menées par l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) ont montré, par ailleurs, que les vaches nourries avec des sources végétales riches en oméga-3 émettaient 15 à 20 % de méthane (gaz à effet de serre impactant le réchauffement climatique) en moins.

Laxatif maison à base de graines de lin

Le lin est employé commelaxatif depuis toujours, notamment en cas de ­constipation chronique. Ses graines absorbent les liquides intestinaux et contribuent à ramollir les selles pour faciliter leur évacuation. Grâce à leur teneur en mucilages, elles prodiguent un effet calmant et anti-inflammatoire, qui participe à la réduction de l’inflammation du colon dans des affections telles que la colite, ­l’inflammation intestinale et les hémorroïdes.

Préparation et mode d’emploi

  • Plonger 20 g de graines de lin dans 1 l d’eau bouillante et laisser macérer toute la nuit.
  • Filtrer et boire trois à quatre tasses par jour du jus. Ne pas avaler les graines, qui pourraient provoquer une occlusion intestinale.

L’huile de lin, un concentré d’oméga-3

Enfin, l’huile de lin obtenue par pressage des graines fait son grand retour depuis quelques années. Interdite en France à cause de sa propension à s’oxyder, elle a été réhabilitée en 2006 sur décision de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) pour ses qualités nutritives indéniables. Très riche en oméga-3, l’huile de lin est anticholestérolémiante, anti-inflammatoire et conseillée dans toutes les pathologies de dégénérescence.

Veillez toutefois à la conserver au frais, dans une bouteille teintée afin de la préserver. Enfin, on l’utilise avec d’autres huiles, résines et solvants dans certaines peintures, ou encore pour constituer le fameux linoléum (lino).

Restent les tourteaux, résidus solides de l’extraction de l’huile, utilisés pour nourrir le bétail. La poussière générée par les différents processus de transformation sera employée comme compost 100 % végétal par les horticulteurs : un moyen idéal pour améliorer la qualité et la structure du sol.

Valorisations des différentes parties de la plantes

Graine

  • Alimentation santé, humaine et animale
  • Farine pour cataplasme
  • Huile (peinture, alimentation, linoléum)
  • Tourteaux (alimentation animale)

Tige (anas)

  • Panneau à particules de bois, porte et cloison
  • Litière pour animaux
  • Paillis horticole
  • Combustible

Tige (fibres)

  • Textile
  • Matériau composite (automobile, aéronautique, sport, écoconstruction)
  • Pâte à papier

Poussière

  • Compost horticole
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité