Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Plantes et médecines naturelles : bien choisir sa formation (4/6)

aromathérapie

Aromathérapie : Tout apprendre sur les huiles essentielles

Devenue en quelques années une thérapeutique à part entière, l’aromathérapie fait de plus en plus d’émules. En dix ans à peine, de nombreuses écoles se sont ouvertes afin de délivrer un enseignement sur les différentes familles biochimiques des huiles essentielles, sur leur toxicité, sur les précautions d’emploi. Pour la plupart, ces formations nécessitent comme prérequis le baccalauréat et elles s’adressent aussi bien aux amateurs éclairés qu’aux professionnels de la santé. Le certificat obtenu suite à la rédaction d’un mémoire, d’un examen écrit ou contrôle continu, ne bénéficie pas d’une reconnaissance officielle. « Pour choisir sa formation, il est important de se renseigner sur les cursus des enseignants. Veiller à ce qu’ils soient diplômés de l’université et/ou enseignant vacataire en université », précise Françoise Couic-Marinier, docteur en pharmacie et auteure d’ouvrages sur les huiles essentielles.

Les formules d’environ dix à vingt jours sont enseignées au sein d’établissements tels que l’Institut provençal d’aromatologie et de bien-être en Lubéron (IPAL). Ce dernier propose trois semaines intensives ou sept week-ends de formation pour « une approche scientifique et médicale, dans le partage et la bienveillance », explique Laurence Bec, directrice de l’école. L’école française d’aromathérapie intégrative (EFAI), située à Boulogne-Billancourt, propose six week-ends de cours. « Nous travaillons sur une aromathérapie intégrative, qui prend en compte l’individu dans sa globalité », confie Guillaume Gérault, codirecteur de l’école. L’école Apothicarius située dans la région de Montpellier propose, quant à elle, un diplôme d’aromathérapie clinique enseigné par un docteur en pharmacie, destiné aux professionnels de santé. Autre formation accessible à ces profils, l’école internationale de santé...

; bien-être à Toulouse propose une formule de 70 heures dispensée par Rhiannon Lewis, aromathérapeute expérimentée. Également pointu, l’Institut français du shiatsu dispense une formation en phytoénergétique, technique visant à stimuler les points d’acupuncture avec les huiles essentielles, enseignée par Elske Miles, aromathérapeute et auteure reconnue.

Par ailleurs, plusieurs aromathérapeutes de référence ont créé leurs formations. Aude Maillard, docteur en pharmacie et aromatologue a créé AMSOAM, et propose une approche scientifique, mais aussi énergétique des huiles essentielles en neuf week-ends. Au sein de la FLMNE, Pierre Franchomme, est en charge du cursus en deux ans (week-ends) avec un apport très pointu en biochimie. Michel Faucon au sein de Aroma-Sciences et Dominique Baudoux via le Collège international d’aromathérapie en font de même en Belgique.

Les formations universitaires

Il existe des formations universitaires dédiées aux pros de la santé intéressés par les pratiques naturelles. En France, elles sont ouvertes aux médecins, vétérinaires, pharmaciens, chirurgiens dentistes, sages-femmes, kinésithérapeutes, infirmières, préparateurs en pharmacie... Bases de botanique, de chimie et de clinique, législation, phyto-aroma, cette formation vise à réaliser des prescriptions adaptées et/ou de fournir un conseil pertinent aux patients.  Ces formations, qui délivrent un diplôme reconnu par l’état sont enseignées dans de nombreuses villes, telles que  Paris V, Rennes, Montpellier, Toulouse, Nancy, Nantes, Grenoble, Rouen, et un petit nouveau qui ouvrira à la rentrée à Dijon. 

Se former à l’olfactothérapie 

L’art de choisir les huiles essentielles pour agir sur la sphère émotionnelle est une branche spécifique de l’aromathérapie. Il existe des formations pour développer son odorat, être capable de créer une synergie, savoir sélectionner les huiles essentielles parmi l’orgue olfactif, réaliser des études de cas… Par exemple, Patty Canac, experte en parfum, professeur, olfactothérapeute en milieu hospitalier et aromachologue, propose des ateliers et des formations pour le grand public et les professionnels de santé sur Paris ou Bruxelles. 65 heures de formation en présentiel et un examen seront nécessaires pour obtenir son certificat. Gilles fournil, créateur de la méthode psycho-émotionnelle en 1992, propose également une formation en 6 cycles en week-end durant un an, dans plusieurs villes en France. 

Plus d’infos sur olfarom.com et olfactotherapie.com

Repères

  • Entre 64 et 500 heures pour un cursus de formation.

  • Les tarifs oscillent entre 450 et 2 000 euros.

Témoignage

Philippe Banel, aromatologue

J’ai guéri une forte acné grâce à l’aromathérapie. Pour comprendre pourquoi ça marchait aussi bien, je me suis inscrit aux ateliers d’Aroma-Zone. J’étais passionné par le sujet mais j’avais de gros doutes sur le fait de pouvoir aller plus loin, étant de formation littéraire. L’aromathérapeute Aude Maillard, m’a convaincu de suivre sa formation longue destinée surtout aux professionnels de la santé ; tout en m’avertissant : il allait falloir s’accrocher pour entrer dans la biochimie des huiles essentielles ! Au fil de ma formation, Je me suis rendu compte de ce que l’aromathérapie apportait aux musiciens et aux danseurs que j’avais l’habitude d’interviewer. C’est ainsi que j’ai basculé dans le métier d’aromatologue. Depuis, je ­développe aussi des ateliers ­thématiques dans les pharmacies intéressées par cette matière.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité