Plantes et Santé Le magazine de la santé par les plantes

 CBD : savez-vous ce que vous achetez ? 

Produits à base de CBD
Produits à base de CBD

Bien-être, cosmétique, alimentation, le cannabidiol (CBD) est courtisé par tous les secteurs. Le CBD va même avoir droit à son salon, du 16 au 18 octobre 2021 à Paris, puis en province. Mais si l’offre explose, il est difficile d’y voir clair parmi tous les produits proposés en magasins ou sur Internet. Nous décryptons pour vous les étiquettes avec l’aide d’Aurélien Bernard, créateur du magazine Newsweed.

Le phénomène s’accélère même dans les petites villes, les CBD shop poussent comme des champignons. Ces magasins proposent, sous différentes formes, du cannabidiol, cette molécule non psychotrope issue du chanvre cultivé (Cannabis Sativa L.) et réputée pour ses vertus relaxantes et apaisantes en cas d’insomnie, de stress, de douleurs diverses, etc. Si le CBD n’a pas encore établi les preuves de son efficacité selon les grilles d’évaluation scientifiques, la demande est bien là. Et les clients intéressés peuvent faire leurs courses dans ces boutiques spécialisées ou sur Internet où, là aussi, les sites de CBD pullulent. Il devient alors très difficile de savoir quel produit acheter.

Aurélien Bernard, créateur de Newsweed, un magazine spécialisé sur le cannabis et le CBD, nous explique pourquoi le marché du cannabidiol est si opaque : « En fait, il n’existe aucune régulation pour le moment. Sans contrôle, il est donc complexe de discerner les produits de qualité avec une bonne traçabilité. Quand la loi autorisera le CBD made in France, on aura sans doute plus de garanties sur la qualité. » L’arrêté autorisant la production et la transformation du cannabidiol en France est attendu vers la fin de l’année ou début 2022. En attendant, la quasi-totalité des produits à base de CBD vendus chez nous sont importés, avec des qualités très variables. Alors, comment savoir ce qu’on achète et à quoi faut-il prêter attention ? Voici quelques repères pour vous aider.

Du CBD oui, mais lequel ?

Pour fabriquer leurs produits, les marques utilisent différents types d’extraits de cannabidiol. On fera déjà la distinction entre le CBD synthétique, où la molécule est reproduite de façon artificielle, et le CBD naturel. Dans la gamme naturelle, le CBD existe sous différentes formes.

  • Isolat naturel : pendant l’extraction, le CBD est isolé de tous les autres cannabinoïdes. C’est du cannabidiol pur, beaucoup plus concentré, mais qui ne bénéficiera pas de l’effet potentiellement synergique des autres composants.
  • CBD broad spectrum ou à spectre large : toutes les molécules de la plante de chanvre sont extraites. Dans une seconde étape on retire le THC (tetrahydrocannabinol), la molécule psychoactive.
  • CBD full spectrum ou à spectre complet : on conserve toutes les molécules de la plante, y compris le THC dont la teneur est inférieure à 0,2 % selon la réglementation française.

À savoir : l’extraction des principes actifs peut se faire à l’aide de solvants (type éthanol), avec le risque de résidus pas très sains pour la santé, ou bien grâce à du CO 2 supercritique qui a l’avantage d’être non polluant. C’est cette technique par gaz carbonique qui est la plus utilisée par les professionnels.

Le type de CBD et sa concentration apparaissent sur l’étiquette du produit. Mais ces données ne sont pas contrôlées faute de réglementation. Si vous avez un doute, allez regarder le certificat d’analyse que les marques fiables publient souvent sur leur site web. Doit y figurer le pourcentage de CBD et, pour les huiles, s’il s’agit d’isolat, de broad spectrum ou de full spectrum. Il est important aussi de vérifier s’il n’y a pas de pesticides ou de métaux lourds, car le chanvre est une plante qui absorbe les toxines du sol. Privilégiez donc, si possible, du CBD issu de cultures bio. Ici aussi, pas évident d’être sûr, car les cultures de chanvre française et européenne n’ont pas accès aux certifications bio : « Il faut donc se fier à la bonne foi des producteurs qui parfois exploitent d’autres cultures bio pour arriver à décrocher le label Ecocert », analyse le créateur du magazine Newsweed.

Sous quelle forme ?

Huiles, pastilles, crèmes ou vaporisateurs, quelle que soit la présentation, il convient de tester d’abord une toute petite quantité du produit dans la bouche ou sur la peau, car des cas d’allergies cutanées, des gonflements ou des sensations de brûlure dans la bouche nous ont été rapportés par certains médecins phytothérapeutes. Ensuite, il faut savoir que les effets ressentis sont très variables d’une personne à l’autre : « les gens tâtonnent souvent au début pour trouver le produit qui leur convient et à quelle dose, car chacun ne réagit pas de la même façon. C’est très empirique », constate Aurélien Bernard.

  • Les huiles CBD, qui sont prises par voie orale, sont dosées entre 5 et 20 %.

Décryptage : si on prend un flacon de 10 ml d’huile concentrée à 10 %, cela signifie qu’on a 1 000 mg de CBD dans 10 ml d’huile. Comme il y a environ 200 gouttes dans ce flacon, alors chaque goutte contient 5 mg de CBD. Ces huiles produisent en général un effet au bout de 20 à 30 min. Elles seraient donc intéressantes, par exemple, pour les personnes souffrant de stress ou ayant du mal à s’endormir. Si l’insomnie intervient en cours de nuit, on peut s’orienter vers des capsules gastro- résistantes avec huile CBD. Elles agissent plus lentement, le temps que la capsule soit absorbée et que son contenu soit libéré dans l’organisme. L’effet des capsules semble plus durable. Vous trouverez moins couramment des huiles composées à la fois de CBD et de CBG (le cannabigérol, une autre molécule du chanvre) qui soulageraient plus les douleurs diffuses comme dans la fibromyalgie, selon quelques retours de patients.

  • Les perles, pastilles ou bonbons à sucer sont censés avoir le même effet que l’huile sublinguale, car eux aussi passent assez vite dans le sang. C’est une forme plus discrète et pratique sur le lieu de travail par exemple.
  • Les tisanes CBD : il faut savoir que les fleurs de chanvre ne viennent pas de France puisque c’est encore interdit. Elles ne sont pas très chargées en CBD, aussi leur action est-elle jugée peu efficace. Pour la renforcer, il faut rajouter dans la tisane du lait ou de la crème, car le CBD est liposoluble et non hydrosoluble.
  • En vaporisation : les Vape pen se présentent un peu comme des cigarettes électroniques, mais ils contiennent uniquement des cartouches d’extraits de chanvre fortement dosés en CBD. C’est un système par vaporisation qui n’a rien à voir avec le fait de fumer du CBD. Rappelons ici que fumer des fleurs de CBD présente peu d’intérêt en matière de bien-être et peut s’avérer nocif à cause de la combustion. Les Vape pen ont, eux, un effet immédiat, encore plus rapide que les huiles mais durant moins longtemps. Certaines personnes sujettes aux douleurs de règles, d’endométriose ou aux crises d’angoisse disent se sentir soulagées avec deux ou trois inhalations.
  • Les crèmes à base de CBD : ces baumes contiennent de l’huile de chanvre, très nourrissante pour la peau, et sont enrichis en cannabidiol (3 % en moyenne) qui aurait un effet myorelaxant. Certains sportifs comme les skateurs, les skieurs, les surfeurs s’en servent pour apaiser des contractures, des courbatures ou des douleurs articulaires.

Selon vos problématiques de santé, choisissez la forme la plus adaptée pour vous. Concernant le dosage, faites-vous conseiller par des médecins ou des naturopathes qui préconisent de commencer par des concentrations en cannabidiol peu élevées et par de petites quantités, quitte à augmenter progressivement ensuite le dosage. Rappelons que le CBD est destiné avant tout à un usage de bien-être, bien distinct du volet thérapeutique où le patient doit être nécessairement accompagné.

CBD au juste prix

Les produits à base de CBD sont relativement onéreux, et des prix bas sont souvent malheureusement synonymes de moindre qualité. Rien que l’extraction du CBD au CO 2 supercritique, la méthode la plus saine pour la santé, nécessite un équipement de haute technologie. Les huiles de CBD broad spectrum seront toujours plus coûteuses que les huiles full spectrum, car elles requièrent un traitement supplémentaire pour retirer le THC du produit fini. Méfiez-vous surtout du CBD issu de chanvre chinois (encore faut-il que sa provenance soit identifiée !), car là-bas il est utilisé pour dépolluer les sols, selon Aurélien Bernard du magazine Newsweed.

Il faut compter entre 50 et 70 € en moyenne pour le format classique de 10 ml d’huile CBD full spectrum dosée à 10 %, et entre 60 et 80 € pour la formule broad spectrum. Plus l’huile est concentrée en CBD, plus les prix grimpent.

Le salon du CBD aura lieu les 16,17 et 18 octobre à Paris. Cliquez ici pour accéder au site de l'évènement. 
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Vous appréciez nos articles, allez plus loin en vous abonnant au magazine en cliquant ici
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité