Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Sept plantes merveilleuses pour votre peau (5/7)

aloe vera
aloe vera

L'aloe vera, le maître cicatrisant

De la Mésopotamie à la Grèce, de l’Afrique à l’Asie en passant par l’Égypte des pharaons, les secrets de santé de l’aloe vera sont connus depuis bien longtemps ! Son succès repose sur son formidable pouvoir régénérant de l’épiderme, ainsi que sur sa faculté à apaiser les ulcères du tube digestif et à stimuler les intestins. Une étude canadienne de 2016 lui a même trouvé des vertus antidiabétiques ; la consommation orale d’aloe vera a permis une réduction de la glycémie de 46,6 mg/dl en moyenne.

Appliqué sur la peau, l’aloe vera a montré dans le cadre de différentes recherches, de puissantes vertus anti-inflammatoires. Plus largement, l’aloe vera améliore ou accélère la guérison de tous les types de lésions de la peau, qu’il s’agisse de brûlures (par le soleil aussi bien que la radiothérapie), d’infections, de blessures même profondes, d’ulcères diabétiques, de psoriasis ou d’herpès génital.

L’un des intérêts de l’aloe vera dans le traitement des blessures et des affections cutanées réside dans l’atmosphère humide qu’il maintient sur la zone d’application. Une plaie qui reste humidifiée cicatrise mieux que lorsqu’elle s’assèche et la cicatrice est moins visible en fin de processus. Surtout, l’aloe vera stimule la migration des fibroblastes et la régénération cellulaire de l’épiderme grâce à une très opportune combinaison d’ingrédients : des...

mucopolysaccharides, que l’on retrouve dans notre propre tissu conjonctif, 20 acides aminés, huit enzymes, des minéraux, des acides gras, et des vitamines (A, C, E, B12, acide folique, choline), notamment.

Vaincre l'irritation : fini le feu du rasage

Provoquant des ­microcoupures, le rasage peut engendrer des irritations de la peau. D’autant que les mousses à raser chimiques qui referment des tensio-actifs irritants ne sont pas toujours respectueuses de ce microcosme particulier. De plus, le rasage accélère le vieillissement de la peau, notamment au niveau du cou. En effet, cette zone fragile présente peu de glandes sébacées qui produisent le film lipidique censé la protéger. Après le rasage, l’hydrolat de cèdre va la désinfecter sans l’agresser comme le font des solutions alcoolisées. Cicatrisante, l’aloe vera fera une parfaite crème après-rasage (en gel pur ou en crème).

Mode d’emploi :

  1. Appliquer un savon à barbe confectionné avec des huiles naturelles végétales comme l’huile de coco, d’olive, d’argan ou de ­laurier.
  2. Passer le rasoir.
  3. Rincer.
  4. Vaporiser ­l’hydrolat de cèdre sans l’essuyer.
  5. Appliquer la crème à l’aloe vera.

À savoir : L’aloe vera pourra être agréable à utiliser après une épilation.

Le commerce propose de nombreux produits à base d’aloe vera. Certains sont de grande qualité, mais il est possible et facile de posséder ses propres plants d’aloe chez soi et d’en extraire le jus ou le gel, selon l’usage qu’on veut en faire.

L’Aloe arborescens est une autre variété d’aloe, moins connue, car plus difficile et plus chère à exploiter. Ses effets sont très comparables à ceux de l’aloe vera, à ce détail près qu’ils sont décuplés grâce à une concentration en principes actifs supérieurs, avec même quelques molécules spécifiques absentes dans l’aloe vera .

À faire soi-même : Une huile de millepertuis, anti-démangeaison

Anti-inflammatoire et antidouleur, l’huile de millepertuis est utile pour calmer un érythème, une douleur musculaire ou une piqûre d’insecte. Mais elle est photosensibilisante. Il ne faut pas s’en mettre avant ou après une exposition au soleil. Appliquer sur la zone sensible, trois à quatre fois par jour.

Préparation : L’huile de millepertuis est un macérat. Mais elle se prépare avec des fleurs fraîches (Hypericum perforatum). On laisse mariner dans de l’huile d’olive au soleil une bonne partie de la journée. Attendre environ six semaines, le temps qu’elle prenne une couleur rouge.

Pour une cosmétique sobre

Depuis 2013, l’association Slow cosmétique défend une cosmétique sobre, saine et écologique. Selon son fondateur, Julien Kaibeck : « Il faut viser un emploi raisonnable des cosmétiques pour réduire leur impact écologique, mais aussi l’impact psychologique sur les utilisateurs ». Un jury bénévole valide la composition des produits. Les fabricants doivent respecter une certaine éthique.

Aller plus loin www.slow-cosmetique.com

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Vous appréciez nos articles, allez plus loin en vous abonnant au magazine en cliquant ici
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité